Partager sur:

Le Chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Cotonou (Benin) a prononcé, le 28 février 2017, « l’annulation et déclaré nuls et de nul effet », les mandats d’arrêts décernés en juillet 2016 contre les Membres de la Fédération Béninoise de Football (FBF), ainsi que Augustin Sidy Diallo, Président de la Fédération Ivoirienne de Football, dépêché par la CAF pour superviser le Congrès électif du 10 juin 2016.

Exit le mandat d’arrêt international décerné en juillet 2016 par un juge d’instruction de Porto Novo (Benin) contre Augustin Sidy Diallo, Président de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), dépêché en son temps par la CAF pour superviser le Congrès électif de la FBF qui s’est tenu le 10 juin 2016 à Cotonou.

M. Anjorin Moucharaf avait alors été porté à la tête de la FBF, après une longue période de paralysie due à des dissensions entre les dirigeants du football béninois et qui avait conduit, avec l’implication de la FIFA, à la mise sur pied d’un Comité de Normalisation chargé de travailler au renouvèlement des instances de la FBF. Cependant, contre toute attente, un groupe de clubs qui avait réussi, la veille, par voie de justice, à obtenir la suspension du Congrès par le Tribunal de première instance de Porto Novo, saisissent le Président dudit Tribunal d’une plainte pour « opposition à décision de justice, faux et usage de faux et complicité. »

Les mis en cause sont les Membres du Comité de Normalisation, les Membres du Comité Exécutif de la FBF, ainsi que les émissaires de la FIFA et de la CAF. Désigné pour conduire cette affaire, le Juge Ibrahim du 3ème cabinet d’instruction décerne contre les mis en cause, divers mandats dont des mandats d’arrêt. Huit mois après, les membres de la Chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Cotonou « ordonnent l’annulation de toute la procédure pour incompétence absolue de la juridiction saisie », déclarent que « les mandats d’arrêt décernés sont nuls et de nul effet » et « condamnent les requérants aux frais. »

A noter que les choses semblent avoir évolué de façon notable dans le microcosme du football béninois et la tendance est à l’apaisement. Les différentes parties en conflit ont, en effet, signé le 21 décembre 2016 un protocole d’accord au Palais de la Présidence du Bénin, pour une réconciliation.

 

E.K

I.T.