Partager sur:

 

Le technicien belge Marc Wilmots a démenti, ce mardi, avoir eu recours au Tribunal arbitral du sport pour contraindre la Fédération ivoirienne à lui verser une compensation financière après son départ de la sélection ivoirienne.

 

Selon une information du site internet « lareference.net » relayée par la presse ivoirienne, l’ancien sélectionneur de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire, Marc Wilmots, libéré avant terme après l’élimination des Eléphants du Mondial 2018, aurait « menacé » la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) pour non-paiement des indemnités après la rupture de son contrat.

 

« Wilmots, a décidé de passer à la vitesse supérieure : saisir le Tribunal arbitral du Sport (TAS) au lieu de la FIFA. Selon toujours notre source, il compte également bloquer les comptes de l'Ambassade de Côte d'Ivoire à Bruxelles », écrit lareference.net.

 

Joint au téléphone ce mardi, Marc Wilmots dit ne pas « se reconnaitre » dans ces écrits et « garde toute sa confiance » à l’endroit des dirigeants fédéraux dont il ne doute pas qu’ils respecteront leurs engagements.

 

Pour rappel, Marc Wilmots a été désigné sélectionneur de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire, le 21 mars 2017 pour une durée de deux ans. Suite aux résultats peu probants des Eléphants et à leur élimination du Mondial 2018, le technicien belge et les dirigeants fédéraux ivoiriens ont mis « fin à leur collaboration d’un commun accord », le 15 novembre 2017. Les termes du « getlemen’s agreement » entre les deux parties n’ont pas été rendus publics.

 

E.K

 

 

 

 

 

E.K.